7

 

Exploitation

Quel impact sur la santé au travail ?

 

Les questions cruciales de cette étape

  • Comment les collectivités suivent-elles les critères définis dans le marché, au cours de l’exploitation ?
  • Comment sont identifiées et traitées les problématiques détectées à l’usage du site ?
  • Existe-t-il un système efficace de remontée de l’information ?
  • L’entretien du site est-il performant ?

Ils décident

  • Les exploitants, en lien avec la collectivité si nécessaire

Ils aident

  • Les ergonomes
  • Les partenaires de l’entreprise en termes de santé et de sécurité au travail (Carsat, Service de Santé au Travail, CNRACL)
  • Les outils méthodologiques

La gestion des contraintes d’exploitation : c’est dans le quotidien qu’émergent des situations de travail contraignantes en lien avec certains choix de conception. Quelle est alors la priorité ?

Le management des effectifs : le recrutement, la formation, le maintien dans l’emploi sont des questions majeures en termes de gestion des effectifs. Des équipes en bonne santé, assidues et motivées sont un gage de performance à long terme.

Les démarches d’amélioration continue : elles peuvent inclure un volet sur la santé et la sécurité.

Les questions de santé et de sécurité au travail : dans bien des cas, ces problématiques sont traitées à cette étape, car elles remontent d’elles-mêmes, faute d’avoir pu être abordées en amont. Il convient de prévoir des budgets pour décliner un plan d’amélioration de la performance car la variable d’ajustement est trop souvent reportée sur l’humain.

L’entretien et la maintenance : les négliger peut entraîner une dégradation des conditions de production.

 

Comment agir ?

 

Portez et animez les questions humaines et sociales

  • Définir qui est décideur dans le temps sur les questions humaines et sociales. Par exemple, si la mécanisation poussée fait évoluer les typologies d’emploi, elle n’est pas une réponse unique au maintien de l’emploi.
  • Clarifier le rôle des acteurs dans la prise en compte des conditions de travail des équipes, selon les montages et la répartition des tâches, qu’ils soient publics ou privés : collectivité, MOA, exploitant.
  • Associer les partenaires institutionnels : Ademe, Eco-Emballages, CARSAT…

Lancez et animez une démarche d’amélioration continue

  • Les dysfonctionnements techniques. Par exemple, lorsque les corps plats « bourrent », comment passent les corps creux sur la chaîne ? Les situations de débordement entraînent des prises de risque et du stress de la part des équipes. Définissez les modes dégradés en production.
  • Les aléas organisationnels. Pensez à la gestion des absentéismes et de ce que cela suppose pour réorganiser les équipes : adaptation du débit, modification de la recette de conduite, modification du process, bouclage supplémentaire, tri séquentiel…
  • Les fluctuations du gisement. Prenez en compte les impacts de saisonnalité, utilisez des stocks « tampons » sur le site.
  • L’évolution du marché. Dans le cas d’une évolution dans la collecte, vous pouvez être amené à modifier l’organisation des trieurs sur le site, par exemple, pour la collecte en sac ou en vrac.
  • Les évolutions réglementaires. Tarification incitative, consignes de tri… le centre de tri est-il adapté aux évolutions ? Pour cela, reventiller les espaces dans l’implantation, pour ajouter de nouvelles machines ou stocker de nouvelles matières.

Faites un retour d’expérience sur le projet et dans l’exploitation

  • Organiser le croisement des regards entre les exploitants et les collectivités. Profiter des expériences de chacun pour formaliser les difficultés liées au travail et la manière de les gérer.
  • Faire un retour de synthèse aux concepteurs qui participeront à d’autres projets.
image_print